Usine Grange & Denis

Historique

Jean Grange

Jean Grange – v. 1920

Jean Grange (1883-1973) crée un atelier de serrurerie près de la place du Pontet dans les années 20. Il est serrurier. Son père est le maréchal-ferrant de Quintenas et ses frères, comme lui, travaillent le métal. Claudius, l’aîné, est maréchal-ferrant, Jean-François est charron, Léon et Émile sont carrossiers.
Après la deuxième guerre mondiale, l’entreprise s’est développée et s’appelle GRANGE PÈRE ET FILS, André (1922-2001) étant associé à son père.
En 1951, M. Denis entre dans l’entreprise dont la raison sociale devient GRANGE & DENIS. C’est lui qui, dès 1952, prend la tête des établissements CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES DENIS. Le siège social de l’entreprise est désormais situé à Lyon, 12 rue Molière (6ème), où sont basés la Direction, la Comptabilité et le Bureau d’études.
Au cours de l’année 1974, l’entreprise passe aux établissements LIMONIER, entreprise de Salaise-sur-Sanne (Isère), pour une courte durée.
À l’été de 1975, la société est reprise par COMETRAL.
Les années 1975-1976 sont marquées par un long conflit social et trois mois de chômage. Les ouvriers fondent la SCOP ATELIERS DE QUINTENAS en septembre 1976 et maintiennent leur outil de travail qu’ils font prospérer jusqu’en 1997, date de fermeture définitive de l’usine de constructions métalliques de Quintenas.

Les ateliers

Les ateliers ont été agrandis en 1959 afin de permettre la réalisation de pièces de grandes dimensions.

Les grandes réalisations

Parmi les productions emblématiques de l’atelier de constructions métalliques de Quintenas figurent deux repères connus de la ville de Lyon : les poteaux d’éclairage de la piscine du Rhône et l’installation de l’antenne de télévision sur la tour de Fourvière.
La création de ponts roulants de grande dimension a aussi fait partie des grands chantiers de l’entreprise.

Les commandes proviennent de toute la France (Nice, Nantes, Toulouse, Lannemezan, Neufbrisach, Marseille, Dunkerque, Thionville, Dinard) et aussi de l’étranger (Brésil).

Les transports

L’acheminement des pièces fabriquées à Quintenas a nécessité des prouesses de la part des chauffeurs de l’entreprise.
Grâce à Michel Guironnet, qui a transmis de très nombreuses informations et photographies présentées ici, nous connaissons les camions utilisés : Citroën P45, Ford, Citroën P55, Unic Puymorena 4 cylindres, Unic Auvergne 5 cylindres et Unic Izoard 8 cylindres.
Les chauffeurs permanents de l’entreprise sont René Guironnet et son fils Michel ainsi que Régis Dumond et Claude Martin, auxquels viennent se joindre des chauffeurs occasionnels notamment Marcel Gounon.
Les transports les plus volumineux sont assurés par une entreprise spécialisée, les Ets DIDIER à Vienne.

Le conflit social de 1976

L’année 1976 aurait pu être celle de la disparition de l’entreprise. Les licenciements prononcés par COMETRAL mettaient fin à l’activité de l’usine de Quintenas. Cependant la mobilisation des ouvriers a permis la création d’une Société Coopérative Ouvrière de Production à capital et personnel variables. Cette unité de production a fonctionné sous cette forme juridique jusqu’en 1997.

Le personnel

Les effectifs de l’entreprise ont été, au plus fort de l’activité, d’une cinquantaine de personnes.
On trouvait à Lyon les ingénieurs du Bureau d’études et les services de comptabilité. À Quintenas le personnel était composé d’un chef d’atelier, de traceurs chargés de transcrire les plans du Bureau d’études en fiches de débits et gabarits, de serruriers, de soudeurs, de peintres pour les finitions et de monteurs.

Les membres de l'entreprise en 1954 • Collection Jean Chaboud

Les membres de l’entreprise en 1954 • Collection Jean Chaboud • Cliquez pour afficher l’image en grand sans les numéros

Personnes Personnes Personnes
puce01 Ingénieur de Lyon puce02 Ingénieur de Lyon puce03 BERTRAND Joseph
puce04 GRANGE André puce05 GRANGE Jean puce06 M. DENIS
puce07 M. MATHIS dessinateur de Lyon puce08 Dessinateur de Lyon puce09 COMBE Louis
puce10 GRANGE Émile puce11 MARTIN Claude puce12 PALISSE Jean
puce13 HÉBRARD Régis puce14 MONTAGNE Léon puce15 BOURRET Louis
puce16 ? puce17 GUIRONNET Michel puce18 CHANTEPY Roger
puce19 FONTANET Maurice puce20 M. BOYER dessinateur de Lyon puce21 NICOLAS Roger
puce22 BUISSON Marcel puce23 ODOUARD Louis puce24 DEMARS Louis
puce25 BONNET Auguste puce26 GARONNAT Claude puce27 M. MORFIN (d’Annonay)
DUVERT Georges HÉBRARD René Henri BANCHET
GUIRONNET René BOMBRUN Paul CHABOUD Jean
Les membres de l'entreprise en 1961 • Collection Michel Guironnet

Les membres de l’entreprise en 1961 • Collection Alexandre Bertrand • Cliquez pour afficher l’image en grand sans les numéros

Personnes Personnes Personnes
puce01 CHIROL Paul puce02 GRANGE Émile puce03 BERTRAND Joseph
puce04 M. DENIS puce05 GRANGE André puce06 GRANGE Jean
puce07 M. MATHIS dessinateur de Lyon puce08 Ingénieur de Lyon puce09 CLUSEL Louis
puce10 SOTON Marc puce11 MALBOURET Paul puce12 DUMONT Marcel
puce13 M. MANOHA (de Bille) puce14 M. BOYER dessinateur puce15 GOUNON Marcel
puce16 HÉBRARD Régis puce17 FONTANET Maurice puce18 MONTAGNE Léon
puce19 COMBE Louis puce20 BOURRET Louis puce21 M. VOULOUZAN
puce22 CONIL Georges puce23 REYNAUD Louis puce24 GERBERT Albert
puce25 MARTEL Henri puce26 BUISSON Marcel puce27 BOSC Fernand
OLIVIER Auguste BONNET Auguste GARONNAT Claude
MARION Camille ? Joseph BESSÉAT ? DUVERT Georges
POULENARD Michel NICOLAS Roger GRANGE Michel
DEMARS Louis BONNET Lucien  MARTIN Claude
DESBOS André NICOLAS Charles ODOUARD Louis
PALISSE Jean
Les membres de la SCOP en 1995 • Collection André Duclaux

Les membres de la SCOP en 1995 • Collection André Duclaux • Cliquez pour afficher l’image en grand sans les numéros

Personnes Personnes Personnes
puce01 BOUCHET Christophe puce02 REBOULET Jacques puce03 BRUNET Frédéric
puce04 CASTILLO Thomas puce05 CELLIER Alain puce06 DUVERT Georges
puce07 CLUSEL Louis puce08 BOUCHET Jean-Paul puce09 DUCLAUX André
puce10 SOUTEYRAT Claude puce11 BOUCHET Frédéric puce12 ?
puce13 ? puce14 HÉBRARD Régis puce15 BONNET Lucien
puce16 M. MÉLINANT puce17 BOURRET Louis puce18 GÉRY Richard

Vous pensez avoir reconnu une personne dont le nom manque, vous avez relevé une erreur ?
Merci de nous l’indiquer via le commentaire ci-dessous.

Vos photos sont les bienvenues pour enrichir la collection.

5 Commentaires

  1. Clusel marcel 17 décembre 2016 à 16 h 21 min - Répondre

    Le n°9 sur la photo des membres de l’entreprise de 1961,c’est CLUSEL Louis et pas un ingénieur de LYON…merci de rectifier….

  2. MOULIN 11 février 2018 à 10 h 21 min - Répondre

    En 1976, il n’a pas fallu QUE la mobilisation des ouvriers pour faire redémarrer les Ateliers de Quintenas :C’est Monsieur Jean Claude MOULIN, diplômé de l’E.S.S.L.C.A. de Paris qui a dynamisé la reprise sous forme d’une S.C.O.P. et qui a, pour montrer l’exemple, fait un premier versement de capital sur ses propres deniers. Il a, lui-même, été aidé par deux industriels de la région : Monsieur Louis HOUDAYER à Serrières et Monsieur LIMONNIER à Péage-de-Roussillon. avec la caution participative de la Société Marseillaise de Crédit à Valence et des Ets BLOCH à S-Romain-en-Gal.
    Après d’épiques difficultés avec le Tribunal de Commerce de Lyon, suite à deux jugements de liquidation préalables à l’ancienne époque « BERTRAND », et après plusieurs mois de d’études quant à la forme du redémarrage (printemps-été 1976), l’existence juridique de l’entreprise a été effective à l’automne 1976.
    La reprise d’activité de l’ancien personnel s’est faite de façon échelonnée (4 tout d’abord pour finir par une bonne douzaine d’employés), en fonction du volume et de la reprise des commandes.
    Lors de la reprise, la SOCEBAT à Lyon nous a apporté des devis potentiels et la possibilité d’offrir une fabrication intégrée en vertical, à savoir : études techniques, réalisation charpente et montage, etc.

    • Sylvette David 20 février 2018 à 9 h 58 min - Répondre

      Merci à vous pour ces informations très précises concernant les conditions de création de la SCOP en 1976.
      Bien cordialement

  3. MOULIN 11 février 2018 à 10 h 25 min - Répondre

    ERRATA : Monsieur LIMONIER à Salaise-sur-Sanne. Mais tout cla est bien loin maintenant…

Laisser un commentaire